Relations ouvertes et polyamour : au-delà des préjugés

Crédit photo: Wokandapix/Pixabay Relations ouvertes et polyamour : au-delà des préjugés

J’ai toujours été vraiment intéressée par la sexualité et les relations interpersonnelles. Pour moi, ce sont des concepts tellement complexes et riches, qui rendent les humains profondément intrigants.
Depuis quelques années, je m’intéresse particulièrement aux constructions sociales entourant les relations amoureuses et sexuelles, la monogamie, les modèles alternatifs de couples, etc.

Plus on s’y plonge, plus on découvre des concepts parfois challengeants et on entrevoit des visions différentes du monde.

J’ai donc décidé d’écrire une série d’articles pour partager mes questionnements là-dessus. C’est à suivre. Comme entrée en matière, j’ai envie de démystifier (très sommairement) le polyamour et les relations ouvertes.

Ce qu’il faut comprendre d’emblée, c’est que dans les deux cas, le fondement de la relation n’est pas l’exclusivité amoureuse et/ou sexuelle, comme dans une relation monogame typique. Pour parler de relation ouverte et/ou polyamoureuse, c’est fondamental que toutes les personnes impliquées soient consentantes.

Crédit : Giphy
 

Il faut aussi savoir que « relation ouverte » et « polyamour », ce n’est pas la même chose.

Par exemple, un couple pourrait s’entendre sur la possibilité d’avoir d’autres partenaires sexuels plus ou moins réguliers, tout en préservant l'ancrage de leur relation. On parlerait ici d’une relation ouverte, régie par une entente claire entre les deux partenaires. Ils pourraient alors choisir de se parler de leurs rencontres plus ou moins en détails, ou pas du tout.

Les relations vécues à l’extérieur du dit couple ne sont pas considérées comme des infidélités puisqu’elles se vivent dans une dynamique de consentement, et non de clandestinité et de mensonge.

Par ailleurs, dans le cas où une personne, en couple ou non, considère comme possible et acceptable d'aimer plusieurs personnes et de maintenir plusieurs relations amoureuses et/ou sexuelles simultanées, on parle plutôt de polyamour.

Une relation ouverte n’est donc pas nécessairement polyamoureuse, mais une relation polyamoureuse est une forme de relation ouverte. On se comprend?

Crédit : Giphy

Si on veut aller un peu plus loin, on peut s’intéresser aux types d'ententes prises par les personnes impliquées. Dans un mode de vie polyamoureux, il est parfois question de hiérarchie. Par exemple, une personne polyamoureuse pourrait :

  1. Avoir une relation principale, et entrenir des relations amoureuses et/ou sexuelles avec des partenaires dits « secondaires ».
     
  2. Entretenir un certain nombre de relations amoureuses et/ou sexuelles avec différents partenaires sans aucune forme de hiérarchie.

Donc non, « polyamour » n’est pas nécessairement synonyme de « commune des années 70 où tout le monde couche avec tout le monde »! Il s’agit plutôt d’un mode de vie fondé sur des principes différents au modèle monogame typique et basé sur une grande communication entre les personnes impliquées.

Au fil de mes lectures et de mes expériences, je me suis rendu compte à quel point la diversité des modèles relationnels est un sujet tabou. Il faut dire que l’héritage judéo-chrétien, les médias, l'opinion publique véhiculent l’idée que le modèle hétéronormatif monogame est le seul valable.

Selon moi, l'important n’est pas qu’une relation corresponde à tel ou tel modèle. L’essentiel est que toutes les personnes impliquées puissent s'entendre sur la manière de vivre leur(s) relation(s) de manière harmonieuse et assumée.

Avez-vous déjà questionné le modèle amoureux monogame?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES