Prendre le contrôle de la cuisine du bureau en 4 étapes faciles

Crédit photo: Josiane Stratis Prendre le contrôle de la cuisine du bureau en 4 étapes faciles

Quand nous avons eu des infos sur notre nouveau bureau, la direction de Obox nous a donné quelques endroits clés où elle voulait bien s’établir. J’avais demandé si c’était possible de déménager dans le Mile-End en joke parce que c’est proche de ma maison mais, finalement, nous (ben, eux) avons décidé de nous établir devant le Provigo sur Mont-Royal. Quelle bonne nouvelle, parce que j’ai une passion pour les épiceries et que je ne me fais que très rarement des lunchs.
 
Alors, subtilement, j’ai pris le contrôle de la cuisine pour mon propre plaisir et celui de mes collègues de travail. Je vous explique comment :
 
1. Prendre le contrôle des condiments
Sel de mer, poivre de plusieurs couleurs, huile d’olive, vinaigre balsamique… il faut s’assurer d’avoir à portée de main le nécessaire pour transformer n’importe quelle salade d’épicerie en recette gastronomique de base. Pour l’huile d’olive et le vinaigre balsamique, j’aime prendre une huile qui fait travailler une famille d’ici. C’est donc par amour de la marque que nous avons adopté les huiles et vinaigres de La Belle Excuse, surtout leur huile Agorelio. Bref, ça fait que nous nous faisons de supers salades, des toasts pis toute au bureau, tout le temps.

Crédit : La Belle Excuse

 
2. Prendre le contrôle des outils
Il faut un bon bol de format nice pour faire des salades communautaires. Une passoire aussi (tous les bureaux ont de la place pour statcher une passoire, trust me). Une planche à découper aussi et deux, trois bons couteaux. Avec ces éléments de base-là, c’est bien possible de pouvoir faire quelques petits dîners bien faits sur le pouce. Nous avons aussi des tasses parfaites de DAVIDsTEA afin de nous faire plus facilement du thé, tout en réduisant nos déchets. #ViveLeEnVrac

Crédit : Walmart et Rona
 

 
3. Prendre le contrôle des machines
Vous allez me dire que c’est bien parce que je suis blogueuse que j’ai autant de machines, mais j’en ai acheté moi-même! Alors, à la base, une bonne machine à café, c’est l’essentiel. Nous avons une Nespresso et une machine à café régulière aussi. Comme on trippe VRAIMENT sur le thé, nous avons aussi acheté une bouilloire (ben, moi, je l’ai achetée). Pour finir, il faut aussi boire de l’eau, alors nous (moiiiii) nous sommes équipés d’un Brita! Au rayon des trucs que nous n'avions pas tant besoin que j’aime pas mal, nous avons aussi un juicer. Vous allez me dire que je capote d’avoir ça au bureau, mais j’ai reçu un juicer de Phillips, le Avance Collection Masticating juicer et je capote! Il se lave en deux secondes et les jus sont un peu plus consistants qu’avec une centrifugeuse. C’est un très bel ajout pour la maison!


Crédit : Phillips

 
4. Prendre en considération les autres
Dans notre bureau, nous avons une collègue vegan, il était donc important pour tout le monde de respecter ses valeurs alimentaires. Il faut s’assurer d’avoir un choix de lait qui ne provient donc pas des animaux. Nous avons testé le Almond Breeze en format « 2 litres de lait » et c’est vraiment cool, car il se garde un peu plus longtemps et a le même format que les emballages de lait régulier, ce qui fait que ça ne prend pas trop de place dans la porte du frigo!

 

Alors voilà, je pense que c’est cool d'être la personne du bureau qui prend à cœur le projet de la cuisine. Comme ça, c’est plus facile de se faire des repas ensemble sur le pouce, et de profiter de l’espace alloué pour diminuer le coût des lunchs pour se faire plaisir et bien manger.
 
Méhéhéhé.
 
Pis aussi, ben, ça justifie ma passion des machines et autres trucs du genre!

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES