Vice et l'édito qui met en scène les suicides d'écrivaines : revue de presse et méga malaise!

Vice et l'édito qui met en scène les suicides d'écrivaines : revue de presse et méga malaise!

Je suis dans les réno' + la préparation de la chambre de mon petit depuis vendredi dernier. Vous m’excuserez donc de mon retard face à la couverture de cet événement (je suis en retard de trois jours, sur Internet ça équivaut à 7 ans), mais je tenais à en parler quand même.

Voici un topo rapide : Vice a publié sur son site Web un édito mode mettant en scène des auteures célèbres (Virginia Woolf, Iris Chang, Dorothy Parker, Charlotte Perkins Gilman, Sylvia Plath, Sanmao, Elise Cowen) et la façon dont elles se sont données la mort.

Gros malaise.

Le fait d’avoir laissé passer du temps, ça m’a permis de ne pas réagir au plus fort de l’affaire. Au début, je me disais : « FUCK THAT SHIT SONT IDIOTS PIS TOUTE! », parce que les problèmes liés à la représentation du suicide sont complexes et que la glamourisation de l’acte ne sert à rien, d’après moi.

Là, je suis moins fru. Je ne comprends pas la démarche derrière la série, mais j’ai pu lire des bons textes qui ont su décortiquer le malaise général de l’histoire. Voici ce qui ressort de ma revue de presse.

  • Vous pouvez lire les premières réactions et voir toutes les images ICI
  • Le suicide ne devrait jamais servir à des intérêts commerciaux, comme le dit si bien la merveilleuse Marie-Ève de La Passerelle. Ce n’était vraiment pas nécessaire d’inscrire le nom de la marque du bas collant qui sert de noeud coulant. Je ne crois pas que c’est si bon pour la compagnie, non plus. 
  • La réponse à l’édito de Fashionista.com met en relief toutes les raisons qui font que l’édito en question n’est pas une forme d’art pour questionner, mais plutôt une provocation plutôt mal exécutée. Du Vice pas brillant, dans le fond.
  • Le Globe and Mail tente de calmer le jeu avec une mise en contexte de l'art qui glamourise le suicide (ça arrive souvent en littérature). 
  • Jezebel a fait une entrevue avec l’une des mannequins du shoot, que vous pouvez lire ICI. Ça donne une belle idée du déroulement du photoshoot  et des réserves de la mannequin. 
  • Pour lire la lettre « d’excuse » de Vice et comment ils ont « réglé » l’affaire, c’est ICI.

Après tout ça, qu’est-ce qu’on peut en penser? Je ne sais pas, je reste sur mes réserves. Après avoir participé pendant des années à des groupes de prévention du suicide, je suis incapable de voir dans cet amalgame de photos un questionnement, une réflexion qui pousse les spectateurs à prendre du recul face à l'acte. Je trouve ça cheap.

Je trouve que Vice aurait dû mettre les photos plus en contexte, que les crédits des vêtements auraient pu être plus discrets et que Vice aurait dû mieux expliquer la décision de retirer le photoshoot de leur site. Anyway, une fois que c'est sur Internet, ça ne disparait vraiment jamais. 

Je ne dis pas ça parce que je suis plutôt conservatrice, artistiquement parlant. Je suis fondamentalement bouleversée par le phénomène, parce chaque suicide est un acte triste laissant des séquelles qui font des victimes. Et pas seulement la personne qui s'enlève la vie. Ceux qui restent souffrent aussi, et pour longtemps.

La mode a crissement pas rapport là-dedans.

Qu’est-ce que vous en pensez? 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES